Logo Reseau Rural
Accueil du site


Erasmus rural : des jeunes volontaires en soutien aux territoires ruraux

L’association InSite propose aux porteurs de projets ruraux un accompagnement sur mesure pour les aider à se structurer et à mobiliser des forces vives.

Ses missions :

  • Révéler et accompagner les initiatives portées par les communes rurales et leurs habitants afin de faire vivre et de pérenniser des dynamiques locales collectives contribuant au “bien-vivre” et à la résilience des territoires,
  • Mobiliser des forces vives auprès de ces initiatives en offrant aux jeunes une opportunité d’engagement épanouissante au service des territoires ruraux,
  • Créer et animer un réseau de partage et de valorisation d’idées et de pratiques 

A cet effet, elle a développé 2 dispositifs d'accompagnement :  l'Erasmus Rural et la communauté Artisans d'Idées.

Grâce à l'Erasmus rural, des jeunes volontaires de 18 à 25 ans s'installent dans les communes pour soutenir les initiatives locales porteuses de sens dans des domaines tels que l’animation et le lien social, la culture et le patrimoine, l’environnement et la transition écologique.

 

Parole donnée à Elsa WADEL, Créatrice d’engagement, Provence-Alpes-Côte-d'Azur et Corse, InSite

L’association InSite déploie dans notre région depuis 2020 le projet d’Erasmus rural. De quoi s’agit-il au juste ?

InSite est une toute jeune association, créée en 2019. Elle est née dans le Gers, à l’initiative de son Président, Thibault Renaudin, maire du petit village des Termes d’Armagnac, très attaché à son territoire et à son terroir, et désireux de valoriser le patrimoine bâti de son village. Devant le succès rencontré par les évènements organisés dans sa commune, il a eu l’idée de faire connaître plus largement les nombreuses initiatives locales menées dans les territoires ruraux. L’association se propose donc de valoriser toute initiative locale mise en œuvre au sein de petites communes rurales en Occitanie et en France. Depuis 2020, l’association déploie son programme d’actions dans d’autres régions et notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Parmi les actions menées, le projet d'Erasmus rural vise à permettre aux jeunes volontaires, de 18 à 25 ans, de vivre en immersion au sein de communes rurales et de prendre part à la dynamique de projets de la commune dans laquelle ils sont installés. Il s’appuie donc sur le volontariat en service civique, un dispositif d'état qui permet aux jeunes de réaliser une mission d'intérêt général indemnisée pendant 6 mois.

La cible d’intervention, ce sont les petites communes rurales de moins de 1 500 habitants. Car, plus la commune est petite, plus c’est facile pour ces jeunes de s’intégrer, de nouer des liens avec les habitants et d’être identifiés sur les projets menés. Et ce sont ces petites communes qui manquent le plus d’ingénierie. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, région plus urbanisée, l’action est ouverte aux communes de moins de 3000 habitants. Et si des communes de plus de 3 000 habitants sont volontaires, il n’y a pas d’obstacle à nouer des partenariats avec elles.

L’implication du Maire de la commune et des élus est essentielle pour lancer le projet et permettre l’intégration des jeunes volontaires au sein du village et auprès des habitants. L’adhésion des associations qui œuvrent au quotidien pour l’intérêt général est également recherchée. Certaines conditions doivent être réunies pour déployer le projet dans la commune :

  • Trouver des solutions d’hébergement aux jeunes volontaires dans la commune
  • Identifier un référent(e) local, sur place, qui pourra au quotidien accompagner les volontaires et service civique tout au long de leur mission.

Le/la correspondant(e) InSite assure un suivi régulier avec les référents et les jeunes volontaires pour veiller au bon déroulement du projet et procéder aux ajustements nécessaires. 

Grâce à ce programme d’Erasmus rural, l’association InSite encourage la mobilité de jeunes vers des territoires isolés, où d’instinct ils ne seraient pas allés. Ce sont des jeunes qui souhaitent vivre une expérience loin de leur cadre de vie quotidien, afin de vérifier un projet professionnel ou questionner leur mode de vie. A terme, l’objectif est d’ouvrir le dispositif plus largement. L’association est en lien avec l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) et l’Office franco-québécois, avec la volonté de proposer un Erasmus + à des jeunes de l’Europe. Mais cette nouvelle étape n’a pas pu se concrétiser en raison du contexte sanitaire. Pour le moment, la priorité de l’association c’est de consolider les initiatives menées en France.

Quelles sont les communes qui accueillent des jeunes volontaires dans notre région ? Quels sont les projets accompagnés sur leur territoire ?

Une première expérimentation a été menée en 2020 sur le territoire de la Communauté de Communes Pays de Forcalquier Montagne de Lure (04). Deux jeunes volontaires en service civique ont été mis à disposition pour travailler sur la mobilité douce. La mission consistait pendant 6 mois à consulter les habitants, participer à des manifestations proposées par la commune pour sensibiliser aux nouveaux modes de mobilité douce. L’expérience s’est avérée concluante. D’où la volonté d’essaimer dans d’autres communes de la région. 

Aïdan et Tiphaine avec leur référent local lors de la mission menée dans le Pays de Forcalquier-Montagne de Lure

Mais la période préélectorale a quelque peu freiné la dynamique de développement sur le territoire régional. Sensibiliser et rentrer en contact avec des maires de petites communes est un travail de longue haleine !

Bonne nouvelle, de nouvelles missions sont prévues ou en cours de montage pour 2021 ! En partenariat avec la Commune d’Aureille (13), une mission démarrera en septembre 2021. Les jeunes seront recrutés pour apporter leur appui à plusieurs projets : l’animation des jardins familiaux et partagés de la commune ; la création et la labellisation de sentiers de randonnée pédestre autour de la thématique de l’eau, des arbres et des sites remarquables ; la mise en valeur des sites et bâtiments patrimoniaux du village. Les jeunes logeront dans l’ancienne gare du village, qui sera réaménagée pour l’occasion.

Puis, à l’automne 2021, un projet devrait voir le jour avec le village de Saint Pierre de Vassols (84). La mission envisagée pour les jeunes volontaires sera de renforcer la solidarité intergénérationnelle et de participer à des actions autour du bien vieillir. Un autre projet se profile dans le Vaucluse avec le village de Saumane de Vaucluse dans le cadre d’une mission qui démarrerait début 2022 en lien avec l’environnement et la transition écologique. 

Des contacts ont également été noués dans le Var avec les villages de Néoules et de la Roquebrussanne sur des missions culturelles et de transition écologique.  D’autres pistes sont à l’étude dans les Alpes-de-Haute Provence sur le territoire de la Communauté de Communes Alpes Provence Verdon, dans les Hautes-Alpes avec la commune de Barret-sur-Méouge et enfin dans les Alpes-Maritimes avec le village de Guillaumes. 

Parfois les Maires nous questionnent sur le coût de ces missions. Mais, concrètement, cela ne coûte rien aux communes. Elles doivent néanmoins pouvoir proposer un hébergement aux volontaires. Des hébergements communaux peuvent être mis à disposition, des solutions d’hébergement chez l’habitant sont également possibles ou dans des campings (en période estivale). InSite et la Commune réfléchissent ensemble aux solutions d’hébergement possibles. 

Plusieurs missions devraient être lancées en Provence-Alpes-Côte d’Azur entre septembre et la fin de l’année 2021, voire début 2022. La dynamique est bel et bien enclenchée !

Quel est l’impact de ces initiatives dans les communes qui se lancent dans la démarche ? Quel est le premier bilan des premières expérimentations ?

Si l’on se réfère à ce qui se passe en région Occitanie, le bilan est très positif. Toutes les communes qui ont accepté de lancer un premier projet renouvellent leur partenariat avec InSite par la suite. D’une manière générale, les élus locaux, les porteurs de projet et les habitants sont plutôt réceptifs, enthousiastes et valident ces initiatives. Pour la commune, l’impact est multiple. Elle est accompagnée/formée au recrutement de volontaires en service civique, aux procédures en vigueur (obtention de l’agrément, formations obligatoires, cadre légal à respecter pour accueillir un volontaire), à l’ingénierie de projet. Et elle bénéficie, à travers le dispositif « Artisan d’idée », du partage d’expérience et des ressources mutualisées mises à disposition des territoires ruraux.

A terme, l’objectif est d’accompagner une Commune sur 2-3 ans puis qu’elle puisse être autonome pour recruter par elle-même d’autres jeunes volontaires si elle le souhaite.

Comment les jeunes vivent-ils l’expérience ? Quel est leur retour d’expérience ?

Récemment, le retour d’expérience de deux jeunes femmes de 23 et 24 ans – issues du continent - en Corse me semble assez révélateur. Elles ont réalisé leur mission dans un village de 77 habitants entre novembre 2020 et mars 2021. Et elles ont adoré leur expérience. Pourtant, elles ont rencontré des difficultés liées au contexte sanitaire : période de re-confinement, cas de COVID dans le village. Certaines missions autour du lien intergénérationnel qu’elles devaient porter n’ont pas pu avoir lieu en raison de la situation sanitaire. Il a donc fallu les accompagner, repenser de nouvelles missions. Malgré tout cela, ce fut une vraie expérience humaine ! Elles ont réussi à s’intégrer auprès des habitants, à gagner en autonomie et en responsabilité. Cette expérience les a confortés dans leur projet de s’éloigner de la vie urbaine et continuer à porter des initiatives rurales. 

En règle générale, ce sont des jeunes qui ressortent grandis de ce genre d’expérience. Souvent ils vivent en colocation. Cette année en particulier, ces jeunes ont vécu le COVID dans des petits villages où tout est fermé et ils ont dû réussir à préserver le lien avec les anciens dans ce contexte si particulier. Ce sont de vrais challenges à relever et ils dont dû faire preuve de capacité d’adaptation et d’ouverture.

Quelles sont les prochaines étapes du projet dans notre région et ailleurs ? 

Il y a des perspectives de déploiement du projet dans d’autres régions de France : en Auvergne-Rhône-Alpes et notamment dans le Cantal, en Gironde et en Normandie. De nouveaux développements sont également prévus en Occitanie, autour de Montpellier et des Cévennes. 

Dans le secteur du Sud-Est, mes objectifs sont de consolider le déploiement en Corse et intensifier le déploiement en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Plus largement, l’association prévoit de développer son action dans la moitié Sud de la France, de la Gironde jusqu’aux Alpes-Maritimes.

Il y a des demandes dans d’autres régions mais pour le moment on essaie de pérenniser notre action et notre montage financier. L’association compte 11 salariés, dont une équipe de chargés de mission répartis dans les différentes régions. Tout nouveau déploiement territorial nécessitera des moyens humains supplémentaires.

Quant au modèle financier, il repose actuellement sur un équilibre entre fonds privés et fonds publics. Les financements publics émanent de l’ANCT, de certaines institutions (Préfecture, région ou département). L’association peut également compter sur le financement de structures privées comme les fondations AG2R La Mondiale, MAIF, MACIF. 

 

Vous souhaitez accueillir de jeunes volontaires dans votre Commune ?

Contactez Elsa Wadel, correspondante InSite en Provence-Alpes-Côte d’Azur : elsa.wadel@insite-france.org ; 06.25.79.30.63

Plus d’infos sur InSite et le projet Erasmus rural ici

Découvrez le témoignage de jeunes volontaires qui ont vécu l’expérience dans le Gers ici