Logo Reseau Rural
Accueil du site


Agence de développement des Alpes de Haute-Provence

L'Agence de développement fédère les acteurs publics et privés du territoire pour renforcer l’attractivité et le rayonnement économique et touristique des Alpes-de-Haute-Provence.

L'Agence est par ailleurs partenaire du projet "Smart ruralité", animé par le Réseau rural, qui vise à définir une stratégie numérique pour le territoire "Alpes Provence Verdon" et identifier des actions d’accompagnement.

 

Parole donnée à Julien MARTELLINI, Directeur de l'Agence de développement des Alpes-de-Haute-Provence

Parlez-nous de l’Agence de développement des Alpes de Haute-Provence : Quelles sont ses missions ? Les moyens dont elle dispose ? Les outils qu’elle propose et les projets qu’elle mène ? Quel est son rôle auprès des territoires et notamment des territoires ruraux ?

L’Agence de Développement des Alpes de Haute-Provence est une structure qui est relativement jeune puisqu’elle a tout juste 1 an d’existence. C’est une structure associative qui réunit l’ensemble des collectivités locales - Région, Département et les 8 intercommunalités du département -, et qui fédère l’ensemble des forces économiques et touristiques de ce territoire (chambres consulaires notamment et fédérations professionnelles représentatives de notre département).
L’objectif de notre Agence est double : assurer la promotion des Alpes de Haute-Provence auprès des clientèles touristiques qui peuvent être intéressées pour découvrir notre territoire, mais également auprès des investisseurs ou entrepreneurs qui pourraient trouver dans ce département un lieu d’implantation pour leur future entreprise.
Plus concrètement, quand on accueille des porteurs de projets, on met à leur disposition un lieu d’accueil le plus conforme à leurs besoins. A ce titre, on gère une base de données foncières et immobilières pour l’accueil des entreprises dans les Alpes de Haute-Provence. On les accompagne ensuite sur toute la chaîne des services qui vont pouvoir leur permettre de réussir leur implantation chez nous.


L’Agence de développement des Alpes de Haute-Provence prend une part active au projet « Smart ruralité Alpes Provence Verdon » que le Réseau Rural Régional accompagne. Pourquoi ce projet vous intéresse-t-il ? Et quelle est votre contribution cette démarche expérimentale ?


L’idée a émergé, de concert avec Eliane Barreille, Vice-Présidente de la Région, au moment où l’Agence a été créée, pour avoir une bonne compréhension des dynamiques locales et de la façon dont on pouvait accompagner les territoires de ce département à se développer. L’expérimentation « Smart ruralité » a été lancée sur le territoire de la  CCAPV et nous a amené, dans un premier temps, au niveau de l’Agence à faire un état des lieux / un diagnostic de ce territoire et à partager avec la CCAPV, la Région , le Réseau rural régional et les partenaires locaux, l’ensemble des données économiques, touristiques de ce territoire, les analyser et en tirer un certain nombre de perspectives pour l’avenir en matière de développement et d’aménagement numérique du territoire.

 

L’Agence de Développement vient de réaliser le portrait de territoire de la CCAPV qui a été présenté le 26 mars dernier aux partenaires associés au projet « Smart ruralité Alpes Provence Verdon ». Comment avez-vous procédé pour réaliser ce travail ? Quelles sont les informations que l’on y trouve ? Les données compilées ont-elles vocation à être actualisées dans le temps ?

Dans l’observation de la dynamique de ce territoire, on s’est vite confronté à une difficulté majeure : pouvoir recueillir les données pertinentes à l’échelle des nouveaux périmètres intercommunaux issus de la loi NOTRe, actifs depuis le 1er janvier 2017. Donc, il a fallu procéder avec les fournisseurs de données à un travail de configuration de notre observatoire, et on est parvenu à redécouper nos zones d’observations dans les Alpes de Haute-Provence à travers les 8 nouvelles intercommunalités, ce qui a été pour nous une avancée significative.
Nous avons donc pu traiter et analyser des données pertinentes pour la réalisation du portrait de territoire :  dynamiques de population, spécificités du territoire, données touristiques de fréquentation, données économiques, agricoles, ou encore sur les services, l’artisanat et l’industrie, de façon à avoir la vision la plus complète des enjeux qui se jouent dans ce territoire.
La réflexion engagée dans le cadre du projet « Smart ruralité Alpes Provence Verdon » a fait boule neige puisqu’elle a été étendue aux 7 autres EPCI des Alpes de Haute-Provence.
Nous avons la volonté de suivre dans le temps l’ensemble de ces indicateurs, de façon à pouvoir analyser, dans la durée, les dynamiques à l’œuvre dans ces différents territoires, au niveau des emplois, de la connectivité, de l’implantation des entreprises, de la fréquentation touristique.



Quelles seront les prochaines étapes de la démarche « Smart ruralité » ? L’Agence de Développement va-t-elle participer à certaines des actions qui seront mises en œuvre sur le territoire ?

Dans le cadre de ce portrait de territoire et des différents portraits qu’on est en train de réaliser sur le département des Alpes de Haute-Provence, on a voulu observer en particulier la dynamique numérique qui pouvait concourir à la bonne connectivité du territoire. On l’a fait avec l’idée qu’en matière d’aménagement, en particulier en milieu rural, l’accès au numérique était un enjeu fondamental pour l’avenir. On a donc réalisé un état des lieux le plus exhaustif possible, qui a mis en évidence à la fois les zones qui étaient aujourd’hui bien desservies mais surtout les zones qui restaient à couvrir. Avec pour objectif de s’intéresser aux zones à enjeu, et en particulier aux zones économiques et touristiques des différents bassins de vie du département. Nous avons aussi questionné les entreprises pour savoir comment elles voyaient cet enjeu du numérique et comment elles l’intégraient dans leurs activités. Et on se rend bien compte aujourd’hui que la question du numérique, de l’accès au très haut débit dans nos territoires ruraux est un enjeu fondamental pour la compétitivité, pour l’accès à un certain nombre de services.
C’est pourquoi, l’Agence de développement interviendra en appui à la concrétisation des idées qui seront retenues et qui formaliseront le plan d’action qui sera présenté prochainement.



Quels sont vos liens avec les autres agences de développement de la région ? Quels sont les projets que vous menez en commun qui peuvent intéresser les acteurs du développement rural ?

Il existe des agences dans tous les départements de la région, qui prennent des formes différentes en fonction des territoires. Dans les Alpes de Haute-Provence, on a fait le choix d’avoir une Agence qui intervient dans le champ du développement économique et touristique, ce qui n’est pas forcément le cas ailleurs. Cependant, il y a des collaborations qui se nouent entre les agences : par l’intermédiaire de la Région, à travers Rising SUD, sur toutes les questions de développement économique, et par l’intermédiaire du Comité Régional du Tourisme sur le développement et la promotion touristique.
Dans les Alpes de Haute Provence, il y a un certain nombre de projets qui transitent par notre intermédiaire, et sur le territoire Alpes Provence Verdon en particulier, il existe le projet « Smart Destination Verdon ». Une dynamique s’est engagée depuis quelques mois autour de ce projet qui réunit 6 Communautés de Communes (3 des Alpes de Haute-Provence et 3 du Var), le PNR du Verdon, le Département du Var, le Département des Alpes de Haute-Provence et la Région. Il s’agit d’aider le territoire à structurer son offre de façon à la rendre attractive, performante et compréhensible pour les clientèles touristiques qui peuvent fréquenter le Verdon, de ses sources sur la Commune d’Allos jusqu’à sa confluence, avec la Durance, à Vinon-sur-Verdon. Voilà une belle dynamique collective portée par un ensemble d’acteurs. C’est dans cet esprit qu’on en train d’inscrire le travail de l’Agence.